Cueillette des champignons

Chaque année, la cueillette des champignons donne lieu à des incivilités...

Description

En septembre, la forêt arbore ses couleurs automnales. Lorsque le temps s’y prête, les amateurs de champignons viennent y cueillir les cèpes, bolets, girolles ou autres pieds de mouton… Des noms de champignons qui mettent forcément l’eau à la bouche. Mais avant de prendre son panier, l’office national des forêts vous livre les conseils à connaître pour une cueillette raisonnée, respectueuse de la forêt.

Modérer sa cueillette

Chaque année, la cueillette des champignons mais aussi des fruits sauvages comme les mûres donne lieu à des incivilités : détritus, piétinements, dégradation des barrières et des lieux, prélèvements intensifs. En forêt, contrairement aux idées reçues, les champignons n’appartiennent pas à tout le monde. Que les forêts soient privées ou publiques, leurs fruits appartiennent aux propriétaires. Même dans les forêts ouvertes au public, la cueillette ne doit se faire qu’avec leur autorisation. Dans les forêts publiques, l’ONF tolère les cueillettes à caractère familial.

Le code forestier institue des sanctions pénales à l’encontre des auteurs de prélèvements abusifs ou non autorisés. Lorsque le volume extrait est supérieur à 5 litres par famille et par jour (l’équivalent d’un panier), la sanction s’élève au minimum à 135 euros (de 5 à 10 litres) et peut monter jusqu’à 1 500 euros (au-delà de 10 litres). Les cueillettes à des fins commerciales sont interdites. La récolte des champignons peut par ailleurs être limitée ou interdite par arrêté préfectoral et certains champignons protégés par la loi (affichage en préfecture et mairie). De telles mesures contribuent à protéger le patrimoine forestier et la richesse écologique qu’il convient de préserver.

Des précautions à prendre

  • Avant le départ : équipez-vous d’un panier, plutôt que d’un sac en plastique où les champignons risquent de s’écraser, se mélanger et s’abimer rapidement.
  • Pendant la cueillette : ne ramassez que les spécimens connus, de taille adulte et en bon état. Cueillez les délicatement, en prenant le champignon en entier y compris la partie souterraine qui est un élément de reconnaissance de l’espèce. Les champignons non comestibles ou méconnus sont à laisser en état sur le sol - non piétinés et non arrachés.
  • De retour de forêt : consommez les champignons rapidement car ils se conservent très peu de temps au réfrigérateur.

Environ 3 000 espèces de champignons existent en Ile-de-France. Certaines espèces sont toxiques et 5 ou 6 mortelles. L’ONF invite à la plus prudence pendant la cueillette. Au moindre doute, l’avis d’un spécialiste, pharmacien et/ou mycologue est recommandé.