Communiqué migrants

Le point complet

Description

COMMUNIQUÉ DU 4 DÉCEMBRE

Conformément aux engagements du Préfet au mois de novembre, les migrants ont donc quitté le centre aéré de Ris-Orangis à Champrosay ce jour, comme il en était convenu. Par conséquent, ce centre va reprendre ses fonctions initiales d'accueil des enfants. Auparavant, il est prévu un nettoyage complet, non pas qu'il soit dégradé, mais les mesures d'hygiène obligatoires liées à l'accueil d'enfants imposent un traitement particulier des lieux.

Il convient de remercier la Préfecture pour la transparence avec laquelle elle a tenu la Ville informée au jour le jour de l'évolution du dossier ainsi que l'association Coallia, pour son professionnalisme et son implication durant le mois écoulé.

COMMUNIQUÉ DU 28 NOVEMBRE

Début novembre, 70 migrants ont été accueillis au Centre de Loisirs de Ris-Orangis, site cependant situé sur la commune de Draveil. Dans les deux semaines qui ont suivi, 30 d’entre eux avaient quitté ce lieu pour d’autres destinations. Ce matin, le Gouvernement a procédé à un nouveau transfert de 400 migrants depuis Paris vers des sites de banlieues, et 30 d’entre eux ont donc été acheminés de la Porte d’Aubervilliers à Draveil, remplaçant ainsi les 30 personnes précédemment reparties.

Prévenu hier, le Maire de Draveil a pris acte de ce dernier transfert. Il a demandé expressément à la Préfecture de lui apporter la garantie que le Centre de Loisirs de Draveil serait bien rendu à sa destination initiale d’accueil des enfants, au plus tard le 4 décembre prochain. Cela a bien été confirmé par la Préfecture de l’Essonne.

COMMUNIQUÉ DU 18 NOVEMBRE

La situation autour du centre aéré de Ris-Orangis situé à Champrosay est toujours calme.
A ce jour, il n’y a plus que 41 migrants sur place, une dizaine d’entre eux ayant quitté le site du fait de leur situation administrative précisée. Pour ceux encore présents, il est confirmé que le départ est prévu au plus tard le 4 décembre prochain.

Aucun problème, d’aucune nature n’est à déplorer, comme le Maire de Draveil l’a confirmé au Préfet de l’Essonne et au Maire de Ris-Orangis rencontrés ce jour.

COMMUNIQUÉ DU 14 NOVEMBRE

Hier, une visite du centre aéré de Ris-Orangis accueillant les migrants, a eu lieu en présence de Monsieur le Préfet et de Monsieur le Maire. Le calme régnait sur le quartier. Quatorze migrants ont quitté le site, en car, mercredi matin pour rejoindre des structures adaptées à leurs situations respectives.

A ce jour, il reste 51 personnes sur le site de Champrosay. Leur départ est confirmé pour le 4 décembre prochain.

COMMUNIQUÉ DU 13 NOVEMBRE

Dans le quartier de Champrosay, la décision préfectorale de réquisition du Centre de Loisirs de Ris-Orangis pour accueillir 69 migrants expulsés des campements parisiens le 7 novembre, conduit la municipalité à suivre chaque jour la situation sur place, Maire et Adjoints étant en contact permanent avec l’association Coallia en charge de leur encadrement.

A ce jour, tous les contrôles de santé ont bien été effectués. Une seule personne a été orientée vers les services de soins appropriés à l’issue de ces examens. Quatre personnes ont manifestement décidé de ne pas revenir sur place. Il convient de préciser ici que les migrants accueillis sont libres de leurs mouvements, le Maire ayant obtenu que ceux qui se présenteraient cependant peu de temps après la limite des 22h le soir, ne seraient pas - après avertissement - refoulés à la porte du Centre.

Riverains et commerçants, visités chaque jour par les Élus, ont adopté une attitude exemplaire de calme et de dignité, alors même que le Centre de Loisirs n’a aucune vocation pour ce type de missions, comme l’a indiqué le Maire. Aujourd’hui, aucun incident d’aucune nature n’est à déplorer avec les personnes accueillies du fait de leur propre comportement et de l’encadrement très professionnel de l’association Coallia.

Répondre ici à un document haineux, diffamatoire et mensonger diffusé sur le marché de Draveil dimanche dernier par un groupe de militants extérieurs à la Commune se réclamant d’une formation politique d’extrême-droite est donc sans objet. Le Préfet de l’Essonne accompagnera d’ici la fin de la semaine, le Maire et les Élus sur le site et dans le quartier, dans leur tournée quotidienne.