Draveil en quelques mots et quelques chiffres

 

Au bord du plateau de Brie, Draveil longe la Seine

La commune de Draveil appartient à l’extrémité ouest du plateau de Brie et longe la rive droite de la Seine sur une distance de 7 km. Située au nord-est du département de l’Essonne à environ 25 km de Paris, Draveil fait partie de l’arrondissement d’Evry et se développe dans un secteur où la pression urbaine reste forte.

Limitrophe, au nord-ouest d’Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge et Viry-Châtillon ; plus au sud, elle côtoie les villes de Grigny, Ris-Orangis, Soisy-sur-Seine et au nord, est bordée par Vigneux-sur-Seine.

Trois hameaux historiques

Sa superficie, de 1578 ha, est composée de trois grandes unités topographiques correspondant à un mode d’occupation particulier :

  • le plateau de Draveil, situé sur la partie haute, est recouvert par une partie de la forêt de Sénart qui borde la partie est de la commune. Sur ces 500 ha, 14 sont propriété communale, le reste étant classé en forêt domaniale - gérée par l’Office national des forêts ;
  • la vallée de la Seine et ses nombreux plans d’eau délimitant Draveil à l’ouest, était, autrefois, vouée à l’agriculture et à l’exploitation des gravières. Aujourd’hui, elle reste un espace naturel préservé. Seule une faible portion de la vallée a été urbanisée sous la forme d’un quartier d’habitat individuel qui s’est développé au cours du XIXe siècle ;
  • sur la partie centrale, occupée par les coteaux de la vallée de la Seine, qui relie le plateau à la vallée, s’est développé l’essentiel de l’urbanisation de la commune. Jadis, la population vivait des produits de la terre : céréales, vignes et cultures maraîchères. Au travers des siècles, Draveil fut une ville recherchée pour son environnement harmonieux avec d’un côté la forêt de Sénart et ses majestueux chênes centenaires et de l’autre la Seine avec ses nombreux plans d’eau et ses arbres aux essences rares. Ce fut un lieu de prédilection pour les grands de ce monde sous l’Ancien Régime, puis de villégiature au XIXe siècle pour les notables et les artistes.

Il reste encore de nombreux vestiges de ce passé, regroupé en trois hameaux : le bourg dit centre-ville, Mainville et Champrosay.